Le projet de loi de finances rectificative :

le Gouvernement prend acte de l’échec de sa politique économique depuis le début du quinquennat

 Avec la présentation du projet de loi de finances rectificative ce matin, le Gouvernement prend acte de l’échec de sa politique économique depuis le début du quinquennat.

Alors que le candidat Hollande promettait pendant la campagne présidentielle de ramener le déficit de la France à 3% en 2013, celui-ci a explosé au fil des mois et des erreurs tant du Gouvernement que sa majorité. Il atteint 3,8% en 2014, au prix toutefois de coupes aveugles dans les crédits d’investissements et d’une hausse sans précédent des prélèvements obligatoires, sans qu’aucune réforme structurelle n’ait été engagée.

Sur le front des recettes, alors qu’il manquait 14,6 milliards d’euros au budget de l’Etat pour 2013, la situation se répète en 2014, conséquence du matraquage fiscal imposé aux ménages et aux entreprises depuis maintenant deux ans. La baisse de l’impôt sur le revenu pour 3,7 millions de ménages ne fera pas oublier la refiscalisation des heures supplémentaires pour plus de 9,5 millions de salariés, décidée dès le début du quinquennat, et les deux années d’injustice qui ont suivi. Au contraire, alors que rien n’est prévu pour réformer notre fiscalité en profondeur, cette mesure ne fera que pénaliser encore plus les classes moyennes, qui seront mises à contribution pour la financer.

Pour Philippe Vigier, Président du groupe UDI à l’Assemblée nationale : «Les incessantes hausses d’impôts ont abouti à l’échec des politiques gouvernementales conduites depuis mai 2012.

Par ce collectif budgétaire, le Gouvernement reconnait définitivement deux années d’erreur. Pour autant, il continue d’ignorer l’urgence économique et sociale qui passe par une baisse immédiate et massive des charges tant salariales que patronales, pour restaurer la compétitivité des entreprises et redonner du pouvoir d’achat aux ménages. Ce n’est que par ce chemin que la France retrouvera la confiance, gage de la croissance ».

Publicités