La nouvelle baisse du quotient familial annoncée par le gouvernement constitue une attaque contre le pouvoir d’achat et la politique familiale.

François Hollande, qui s’était pourtant engagé à maintenir toutes les ressources affectées à la politique familiale et à ne pas augmenter les impôts en 2014, récidive avec la deuxième baisse du quotient familial en un an.

Il s’agit d’une énième augmentation d’impôts qui ne dit pas son nom, qui ne fera que fragiliser un peu plus le pouvoir d’achat des ménages alors qu’aujourd’hui il est essentiel de le préserver.

Si nous nous félicitons que le caractère universel de la politique familiale ne soit pas remise en cause, force est de constater qu’il s’agit d’un nouveau coup de canif dans la politique familiale française, qui permet pourtant à la France d’avoir le meilleur taux de natalité en Europe et le meilleur taux de professionnalisation des femmes.

Ce choix de facilité du gouvernement démontre son incapacité à s’attaquer aux réformes courageuses auxquelles la France ne peut plus échapper.

Qui peut encore avoir confiance en ce gouvernement qui nous a dit qu’il n’augmenterait pas les impôts et ne toucherait pas la politique familiale et fait exactement l’inverse ?

Publicités