DÉLINQUANCE :

En 2011, la délinquance au niveau national a baissé pour la 9ème année consécutive, alors qu’elle avait explosé de +17,8% entre 1997 et 2002.

En Haute Vienne, la délinquance a ainsi baissé de – 9,5% depuis 2002 et les atteintes aux biens ont même baissé de – 16,3% alors qu’elles avaient respectivement augmenté de + 38,3% et de + 44,3% entre 1997 et 2002 (source ONDRP-Cartocrime – Chiffres 1997-2010).

PÔLES DE COMPÉTITIVITÉ:

Limoges accueille deux pôles de compétitivité :

  • ELOPSYS, spécialisé dans les hautes technologies et l’électronique de pointe (micro-ondes, photonique, réseaux sécurisés, images et interfaces numériques
  • Le pôle européen de la céramique, spécialisé dans le développement de nouvelles applications des céramiques pour l’habitat, la production et les économies d’énergie, la santé, l’optique, l’électronique et l’optoélectronique

Au total ces deux pôles rassemblent une centaine de PME et représentent 6 500 emplois.

Le 26 juin 2008, Nicolas Sarkozy s’était rendu à Limoges lors d’un déplacement consacré aux pôles de compétitivité. Il avait notamment visité près de chez vous les ateliers BERNARDAUD et l’usine CERLASE.

Au niveau national, l’Etat a accordé 1,5 milliard d’euros aux pôles de compétitivité pour la période 2009-2011.

PÔLES D’EXCELLENCE RURALE : 1 million d’euros de soutien de l’Etat pour 3 pôles d’excellence rurale

Les pôles d’excellence rurale sont des projets favorisant le développement des territoires ruraux qui reçoivent à ce titre un financement de la part de l’État.

Il en existe 3 dans le département :

  • Un pôle pour la structuration et la valorisation de la filière ovine. Situé dans le Nord du département, sa mission consiste notamment à valoriser l’image de moutonnier et contribuer au désir d’installation de jeunes agriculteurs.
  • Un pôle pour le développement d’une filière bois-énergie et la valorisation des bio-ressources dans une logique de développement durable.

Au nord-est de Limoges, le projet allie le développement de la production de plaquettes issues de résidus bois à une activité complémentaire de compostage. Dans le sud du département, l’installation d’une ferme-relais à côté d’une plate-forme de collecte de châtaignes et de marrons.

PLAN DE RELANCE : 40,8 millions d’euros injectés par le Plan de Relance dans la région pour les infrastructures et le logement

Au plus fort de la crise, Nicolas Sarkozy a décidé de relancer fortement l’investissement public afin de soutenir des secteurs majeurs de l’économie, limiter la récession et préserver l’emploi.

  • 4 millions d’euros pour la modernisation de la RN 141 entre La Barre et Le Breuil
  • 1,4 million d’euros pour l’entretien de l’A20 entre Limoges et Uzerche
  • 3,5 millions d’euros pour la régénération de la ligne TER Limoges-Guéret, avec notamment le remplacement de 26,5 km de rails et de 21 400 traverses qui a mobilisé 140 employés
  • 1,5 million d’euros pour la restructuration des laboratoires de chimie sur le campus de la Borie à l’université de Limoges
  • 720 000 euros pour la reconstruction du pont d’Aixe sur Vienne sur la RN 2

RÉNOVATION URBAINE : 110 millions d’euros engagés pour la rénovation urbaine

Le Plan National de Rénovation Urbaine (PNRU), c’est 12 milliards d’euros de subventions sur 10 ans pour améliorer radicalement le lieu de vie de 4 millions d’habitants dans 500 quartiers populaires. Il mobilise 45 000 emplois dans les travaux publics sur ses chantiers. D’ores et déjà, les résultats sont visibles.

Dans la Haute-Vienne, 110 millions d’euros ont été mobilisés pour la rénovation urbaine dans les quartiers La Bastide, Beaubreuil et Val de l’Aurence à Limoges et un internat d’excellence a ouvert à la rentrée 2011 à Limoges.

Parce que l’école est le premier vecteur de l’ascension sociale, c’est aussi le lieu où les inégalités, qui naissent précocement, peuvent et doivent être corrigées. C’est pourquoi Nicolas Sarkozy a créé les internats d’excellence, qui s’adressent à des collégiens, lycéens et étudiants motivés et méritants, qui ne disposent pas de conditions de travail favorables à la maison pour réussir leurs études.

26 projets d’internats d’excellence ont déjà été lancés depuis 2009. Il y en a au moins un par académie. En comptant les places déjà ouvertes dans d’autres internats existants, on compte aujourd’hui 10 000 places « internats d’excellence ». L’objectif de Nicolas Sarkozy est de parvenir à 20 000 places, en mobilisant 500 millions d’euros issus des crédits du programme des Investissements d’avenir.

CRÉATION D’ENTREPRISES :

Le nombre d’entreprises créées a doublé entre 2008 et 2010 dans la Haute-Vienne

Dans le seul département de la Haute-Vienne, plus de 9 800 entreprises ont été créées depuis 2007.

2.480 entreprises ont été créées en 2010, alors que 820 entreprises seulement étaient créées chaque année en moyenne entre 1997 et 2002.

Ces bons résultats s’expliquent notamment par le succès du statut de l’auto-entrepreneur, créé par Nicolas Sarkozy et qui offre un cadre social et fiscal avantageux pour ceux qui choisissent d’entreprendre. Près de 4000 auto-entreprises ont ainsi été créées dans la Haute-Vienne en 3 ans

En Haute-Vienne, c’est aussi…

  • 1 université autonome à Limoges depuis le 1er janvier 2009 grâce à la loi LRU
  • 1 maison pour l’accompagnement et l’intégration des malades d’Alzheimer (MAIA) ouverte à Saint-Yrieix-la-Perche, et 2 centres mémoire de ressources et de recherche à Limoges et à La-Jonchère-Saint-Maurice grâce au Plan Alzheimer
  • déjà 42,5 millions d’investissements d’avenir dans des projets de la région qui feront la croissance et les emplois de demain (par exemple 7,5 millions d’euros pour le laboratoire d’excellence Sigma-LIM de Limoges pour la recherche sur les matériaux et composants céramiques spécifiques aux systèmes communicants)
  • 19 guichets uniques Pôle Emploi, issus de la fusion entre l’ANPE et les Assedic, et qui accompagnent et indemnisent plus efficacement les demandeurs d’emploi
  • 11 000 bénéficiaires du Revenu de Solidarité Active (RSA). Avec le RSA, la reprise d’une activité devient réellement plus avantageuse que le maintien dans les revenus de l’assistance (20% de revenu en plus en moyenne)
  • 3 900 bénéficiaires du minimum vieillesse et 7 700 bénéficiaires de l’allocation adulte handicapé qui auront vu leurs prestations revalorisées
Publicités